Le 4 mai 2015 matin, les 21 stagiaires de la 1ère promotion de la formation de développeurs web et mobile ont démarré leur cursus de 6 mois à l’Ecloserie numérique à Boitron. Une première école de codeurs ruraux en France en pleine campagne, en mode « multimodal » avec 1 semaine par mois à Boitron et 3 semaine à domicile (et aussi dans des tiers-lieux). Retour sur le montage du projet.

Pour cette expérimentation, nous avons réuni 18 stagiaires demandeurs d’emploi en Convention avec Pôle emploi, plus 3 stagiaires demandeurs d’emploi et entrepreneur extérieurs à la région qui ne pouvaient pas bénéficier du dispositif de Pôle emploi Basse-Normandie.

Rentrée des classes atypique

Mais comme nous avions reçu 104 candidatures pour la formation, il nous semblait dommage de ne pas essayer de trouver une solution pour aider le plus de candidats possibles. Nous avons donc proposé aux candidats malheureux qui le souhaitaient de suivre la même formation que les stagiaires en présentiel mais uniquement à distance. Et nous avons donc constitué un 2e groupe de 10 stagiaires qui se retrouvent tous sur la plateforme de cours de Simplon. Au total, 31 demandeurs d’emploi qui vont créer leur nouveau métier.

Un animateur coache les stagiaires lors des sessions en présentiel et répond à leurs questions sur la plateforme de formation. Grâce à un partenariat noué récemment par Simplon, les stagiaires travaillent sur la plateforme d’OpenClassrooms, le leader européen des Mooc qui réalise des tutoriaux sur le code depuis… 1999.

Groupe de Boitron sur Simplonline

Les profils des stagiaires sont variés : de 20 à 57 ans, 5 filles sur 21 stagiaires en présentiel, et des métiers ou formations de base très divers comme ont peut le lire dans cet article : graphiste, porteur funéraire, soudeur, pâtissier en reconversion professionnelle pour cause d’allergie à la farine, créatrice d’une boutique en ligne, journaliste, administrateur réseau, gameuse… On peut également entendre quelques témoignages audio ou vidéo des stagiaires dans ce reportage radio ou dans celui de France3.

Un challenge : former des demandeurs d’emploi en pleine campagne

Cette formation était importante à monter pour nous à l’Ecloserie numérique. Un pivot de la création d’un « écosystème rural pour entreprendre » au même titre que l’espace de cowoking existant ou le fablab qui ouvre cet été. Une dynamique rendue possible par notre équipement très haut débit.

Entraide entre stagiaires codeurs à Boitron

Fin 2013, nous avons commencé à chercher des formations intensives sur le format des boot camps créés par des entreprises aux Etats-Unis afin d’installer une école en présentiel à Boitron. Convaincus que les demandeurs d’emplois ruraux n’avaient pas beaucoup de chance de pouvoir suivre des formations chères (plutôt faites pour des startupers) ou éloignées de leur lieu de vie, nous avons finalement rencontré Simplon dont la philosophie et l’adaptabilité correspondaient parfaitement à nos attentes. Chez eux c’est souplesse et innovation permanente à tous les étages et cela nous convenait bien !

Notre projet a séduit Simplon et, parallèlement à notre projet d’école, nous avons lancé avec eux (par le biais de mon site Zevillage) en avril 2014 un Appel à projets pour la création d’écoles de développeurs informatiques à la campagne qui a rassemblé 4 lauréats dont 2 ont démarré leurs formations, en partenariat avec l’Association des maires ruraux de France et la Mission Très haut débit.

Stagiaires de Boitron les mains dans le code

Un montage original, frugal et en mode agile

Pendant ce temps, à Boitron nous buttions sur des problèmes de montage financier avec un budget évalué à 80/100 k€. Difficile pour une petite association désargentée. Aucune antériorité, un format pédagogique innovant de classe inversée, pas d’argent, une localisation qui faisait rigoler : le projet semblait compromis.

Heureusement, nous avions quelques atouts, de la ténacité et un réseau local de contacts autour du télécentre.

Nous avons d’abord changé le format pédagogique. Mais la formation pure à distance ne nous convenait pas. Nous pensions qu’apprendre le code seul en mode intensif pendant six mois n’était pas à la portée de tout le monde. Nous avons alors inventé une formation multimodale mélangeant du présentiel (indispensable pour maintenir la motivation des stagiaires) et de la distance. Du blended learning en jargon de formation.

Nous avons ensuite réuni quelques entreprises normandes motivées. Des partenaires passionnés par le sujet et par le développement de leur territoire et que l’innovation ne rebutait pas. Leur sponsoring a permis de financer les frais d’accès à la formation de Simplon.

In code they trust

Ce premier noyau de partenaires a ensuite permis de retenir l’attention de Pôle emploi quand nous les avons sollicités pour financer les candidats demandeurs d’emploi. Et là je dois dire que nos interlocuteurs ont fait preuve d’énormément d’agilité (après quelques mois de réflexion) pour trouver une solution alors que nous étions complètement hors des cadres de leurs dispositifs.

Une baisse des coûts de formation rendue possible par le mélange présentiel-distance, des partenaires réactifs et une bonne dose de bénévolat ont permis de boucler un budget du tiers du montant d’une école en présentiel.

La formation a démarré et nous continuons à innover. Nous avons ajouté au cursus de Simplon des cours d’anglais (ajout : supprimés car trop complexe à cause des niveaux disparates des stagiaires) et, à la fin des 6 mois, deux semaines d’accompagnement à la création d’entreprise ou à la recherche d’emploi 2.0. Nous prévoyons également des rassemblements avec les stagiaires de Boitron, des hackatons, des projets collectifs enthousiasmants, des compléments de formation avec l’ouverture du fabalab… et plein d’autres idées (sponsors bienvenus).

Ce que nous avons entrepris est à la portée de beaucoup de petites communes rurales. La solution est simple : un porteur de projet motivé et du très haut débit. Le reste vient tout seul, ou presque. Croyez-nous et nous sommes à votre disposition pour les transferts de savoir-faire.

 

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez la newsletter gratuite de l'Ecloserie numérique et restez informés de nos activités (parution irrégulière)

Bravo, vous êtes abonné à la newsletter de l'Ecloserie numérique

Share This